Slide 1 Slide 2 Slide 3 Slide 4 Slide 5 Slide 6

CHRONIQUE N° 5 Novembre 2015

L’ULTRA NOIR / LES ECRITURES
SOULAGES, le premier artiste contemporain français est enfin reconnu dans son propre pays, dans son musée de Rodez. PM DUTHIL, aussi inconnu que Soulages est célèbre, visite ce musée le 7 juin 2015 et avoue avoir subi l’influence du grand peintre.
Soulages dit : « c’est ce que je fais qui m’apprend ce que je cherche » et il refuse son entrée aux Beaux-Arts. Duthil suit une carrière parallèle aux Arts et Métiers, et la phrase de Soulages prend alors tout son sens. Mais le hasard est obligé, et la démarche artistique est loin de toute imitation : le résultat totalement imprévu.
Soulages refuse le hasard : « je ne raconte rien, il faut savoir sacrifier, ce qui est la preuve que la peinture n’est pas un art figuratif » Ses eaux fortes sont conçues comme une véritable aventure ou le fortuit est pourtant sans cesse présent. Il n’a donc pas peur du hasard, il l’utilise, le canalise, joue avec lui. La théorie ne précède jamais la pratique. Elle est implicite de l’acte de peindre et toujours remise en question par l’évolution : Reflets, contrastes, transparences, effets de rythmes, trouées de lumière, ombres, économie de couleurs … Duthil rejette l’académisme et l’imitation. Dans les écritures le spectateur devra découvrir le sens de l’improvisation et du parcours aléatoire avec sa propre réflexion. Duthil le conduit pratiquement toujours dans une direction improbable.
Dans son œuvre Soulages expérimente ses propres techniques « l’ultra noir » et oblige le spectateur « à se trouver seul avec lui-même avec lui-même devant l’œuvre ». Dans ses écritures Duthil se sert du temps pour créer toutes sortes de formes aléatoires : goutes, lignes épaisses, surfaces étroites ou le contraire. A l’origine, ces formes viennent des rochers que l’on voit à fleur d’eau sur les rivages de Bretagne ou de Corse...

Rendez-vous ICI pour lire toute les chroniques

Qui suis-je ? Découvez l'artiste ...

blog post image

Né à Saint-Sever-sur-Adour (Landes), Pierre-Marie DUTHIL refuse l'enseignement académique
en vigeur et suit une carrièrre d'ingénieur.
Il n'abandonne pas pour autant une production de peinture et plasticien. Le "langage" des barres rocheuse granitique longeant les côtes de la Corse vont lui permettre d'engager un remarquable dialogue art/nature : les "ECRITURES IMPROBALBLE"...

Lire la suite ...